4e, Thème 3.3 : Conditions féminines dans une société en mutation (sociétés coloniales comprises)
Entrez un sous-titre ici

Conditions féminines dans une société en mutation (sociétés coloniales comprises)


A partir de recherches sur quelques figures de femmes dans la société française au XIXe siècle y compris dans les sociétés coloniales, comment les femmes revendiquent-elles l'égalité à plusieurs titres (égalité civile, homme-femme...) dans une société en mutation?


Lumina Sophie, Joséphine de Beauharnais, Marie Curie, Hubertine Auclert, les ouvrières sont des exemples représentatifs des différentes conditions des femmes au XIXe siècle. Presque toutes revendiquent l'égalité à plusieurs titres dans les sociétés française et coloniale. Ces sociétés connaissent des mutations du fait des conséquences de la révolution française, de la révolution industrielle, de l'abolition de l'esclavage et des changements de régimes politiques (Monarchies constitutionnelles, Deuxième République, Second Empire, Troisième République).

Jusqu'au XIXe siècle, l'idéologie dominante est celle de la différence des sexes. C'est pourquoi les femmes sont et restent des personnes mineures (Code civil, 1804) face à leur père et leur mari. C'est aussi pour cela qu'elles n'ont pas le droit de vote.

Dans les sociétés coloniales, le métissage rajoute de l'inégalité car les conditions féminines varient souvent en fonction de la couleur de peau.

Néanmoins, certaines femmes critiquent les inégalités entre les hommes et les femmes. Elles demandent l'égalité des droits politiques, l'égalité salariale... Progressivement les idées féministes se diffusent dans la société mais restent minoritaires. Ces mouvements féministes sont présents aussi en Europe et aux Etats-Unis. Ils sensibilisent aux questions d'égalité pour les femmes. Toutefois, les femmes n'obtiennent que quelques droits économiques. Elles n'obtiennent le droit de vote en France qu'en 1944.


égalité : avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs

société coloniale (en Martinique) : société qui se construit pendant la colonisation (XVIe au début du XXe siècle) et se maintient après l'abolition de l'esclavage (1848) jusqu'à la départementalisation (1946)

métissage [idéologie raciste appliquée dans la société coloniale] : mélange des races blanches et noires. Ce mélange ou non donne naissance à des catégories et des places diverses dans la hiérarchie sociale coloniale en fonction du degré de métissage : Blanc, mulâtre, nègre.

féministe : mouvement qui défend l'égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines (économique, politique, religieux, culturel, social, artistique...)