Thème 2 : Le monde depuis 1945
Entrez un sous-titre ici

Indépendances et construction de nouveaux Etats


Un monde bipolaire au temps de la Guerre froide


Affirmation et mise en oeuvre du projet européen


Enjeux et conflits dans le monde après 1989



Enjeux et conflits dans le monde après 1989

Pour une étude de cas sur la guerre en Irak


GUERRE D'IRAK (2003-2011)

L'intervention armée américano-britannique « Liberté pour l'Irak » lancée le 20 mars 2003 contre l'Irak a provoqué la chute du régime de Saddam Hussein après une vingtaine de jours de combats.

L'Irak figurait sur l'« axe du Mal » fustigé par le président George W. Bush à la suite des attentats du 11 septembre 2001, dans le cadre de sa campagne contre le terrorisme international et les pays qui le soutiennent. Durant l'été de 2002, alors que Washington menaçait Bagdad d'une intervention préventive, l'Irak avait accepté la reprise de la mission de désarmement instituée par les Nations unies après la guerre du Golfe de 1990-1991. En novembre, la résolution 1441 de l'O.N.U. accordait à l'Irak une « dernière chance » de renoncer aux armes de destruction massive qu'il était censé posséder, sans toutefois prévoir de sanction automatique en cas de non-exécution. La France avait menacé d'opposer son veto au vote d'une seconde résolution qui aurait autorisé une intervention armée, jugeant celle-ci injustifiée.

Les États-Unis décident cependant d'intervenir sans mandat explicite de l'O.N.U. Ils réunissent autour d'eux une coalition de quarante-neuf États, mais les principales forces armées sont américaines et britanniques. Bagdad est rapidement occupée, et les forces de la coalition américano-britannique prennent en charge la gestion du pays, sous la forme d'une Autorité provisoire de la coalition, dirigée par le diplomate américain Paul Bremer. Saddam Hussein, qui avait pris la fuite en avril 2003 lors de la chute de Bagdad, est arrêté en décembre. Considérées comme des forces d'occupation, les troupes engagées doivent faire face aux divers mouvements de résistance qui s'organisent sur le territoire irakien et aux nombreuses critiques à travers le monde. Aux affrontements armés s'ajoute le délitement de la société irakienne. Le pays sombre dans la guerre civile.

À partir de janvier 2007, le Congrès des États-Unis ne soutient plus George W. Bush. De plus, la poursuite de la guerre est devenue très impopulaire dans l'opinion publique (à cette date, le conflit a tué plus de trois mille soldats américains). L'élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis, en 2008, change la donne. Il propose un calendrier pour le retrait progressif des troupes : les derniers soldats américains quittent le pays en décembre 2011.

Christophe PÉRY

Source : PÉRY, « IRAK GUERRE D' - (2003-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2017. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-d-irak/