Thème 2 : Société, Eglise et pouvoir politique dans l'occident féodal (XIe-XVe siècles)
Entrez un sous-titre ici

L'ordre seigneurial : la formation et la domination des campagnes

L'émergence d'une nouvelle société urbaine

L'affirmation de l'Etat monarchique dans le Royaume des Capétiens et des Valois


L'affirmation de l'Etat monarchique dans le Royaume des Capétiens et des Valois

Pour un devoir maison sur la Guerre de Cent Ans

La tradition nomme guerre de Cent Ans la lutte qui opposa les Valois et les Plantagenêts pour le trône de France. Depuis 1328, Philippe VI de Valois est roi en vertu de la loi salique qui écarte les femmes de la succession, mais, en 1337, Édouard III, roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine et fils d'Isabelle de France, revendique la couronne. La France est alors, à plusieurs reprises, l'objet de tentatives de conquête de la part des rois d'Angleterre. D'abord querelle d'héritage entre deux clans féodaux, le conflit prend, au début du xve siècle, le caractère d'une lutte entre Français et Anglais, notamment sous l'influence du clan des Armagnacs et de Jeanne d'Arc. Le clan adverse des Bourguignons, un moment lié aux rois d'Angleterre, se rallie en 1435 à Charles VII. Les deux royaumes sont dès lors nettement distincts. Au cours du conflit, les Valois s'efforcent de construire un appareil d'État plus structuré, grâce à des rentrées d'impôts régulières, un embryon d'armée de métier, une administration plus soumise au roi. L'affaiblissement de la noblesse traditionnelle, décimée par les batailles et ruinée par la guerre, favorise cette éclosion d'un État royal moderne.

Vincent GOURDON

Source : GOURDON, « GUERRE DE CENT ANS, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2017. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-cent-ans-en-bref/